3/ Surnoms et sobriquets des communes

Les surnoms des habitants de la vallée

Die Tàlstiar, les taureaux de la vallée, die Tàlmùtteler, les vaches ou chèvres sans cornes de la vallée, die Tàlesel, les ânes de la vallée, dia wo hìnterem Mond d’heim sìn, ceux qui sont chez eux derrière la lune, die Kasmartler, les Martin qui font du fromage ! Do wo die Walt mit Bratter züa ganàgelt ìsch, là où le monde est fermé avec des planches clouées.

On dit aussi qu’on sait que l’on arrive dans la vallée de Munster quand les vaches sont plus belles que les jeunes filles !

Breitenbach

Schnackakràcher (croqueurs d’escargots), Krottakràcher (croqueurs de crapauds).

Eschbach-au-Val

Nussakràcher (casseurs de noix), Zewalabìnder (lieurs d’oignons), Ochsaschìnder (bourreaux de boeufs), Sonnapùmper (les pompeurs de soleil)

Griesbach-au-Val

Di Grossnawel (les grands nombrils ou les grands brouillards), Di Nawelspàlter (les fendeurs de brouillard), souvent le brouillard qui entre dans la vallée en provenance de la plaine, s’arrête à la hauteur de Griesbach.

Gunsbach

Di Laderhüza ou Laderheiza (les cochons de cuir). La tradition raconte qu’un jour les gens de Gunsbach ont organisé une chasse au sanglier. Parmi les chasseurs se trouvait un forgeron (d’autres disent un cordonnier) qui portait son tablier de cuir. Soudain il voit sortir de la forêt un sanglier, il jette sur lui son tablier de cuir et, croyant la bête prise, s’enfuit en courant vers le village en criant: « die Heiz ìsch unter’m Lader ! » Mais au retour le sanglier avait disparu…

Hohrod

Di Hìrsajatter (les sarcleurs de millet). L’on disait de ceux du Hohrodberg: « die Barjer sìn die Fìchs » (les montagnards sont des renards).

Luttenbach

Di Làtabich (les ventres de planches), Krottakràcher (croqueurs de crapauds), Làngplàttalacker (les lécheurs de longs plats)

Metzeral

Di Bìrawàhler (les aplatisseurs de poires). Matzarüaler, Kasrüaler, Kìwalabìnger, Kàtzaschìnger (Ceux de Metzeral, les fromageux, lieurs de seaux, bourreaux de chats).

Mittlach

D’Mìschtlàcher (ceux qui étalent le purin). Des villages du fond de la vallée l’on disait également: « do hìnta ìsch die Walt mìt Bratter züaganàgelt » (là derrière le monde est fermé avec des planches clouées).

Muhlbach-sur-Munster

Di Biggeresel - Di Eselstàdt (la ville des ânes). Sànkti Klàuis, Chrìschtkìnd.

Munster

Di Schmàlwangscht (les ventres ou les gilets étroits), Di Làngplàttaschlacker (les lécheurs de longs plats), Di Trottoirhüpser (les sauteurs de trottoir), Di Lochschlupfer (ceux qui se glissent dans les trous).

Mìnschter ìsch a scheeni Stàdt
Eschba ìsch der Battelsàck
Gìnschba ìsch der Lirakìwel
Grischba ìsch der Deckel drìwer

Munster est une belle ville
Eschbach est le sac de mendiant
Gunsbach est le seau à vin aigre
Griesbach est le couvercle par dessus

Sondernach

Làbbi (les mous, les pas futés) - Tàlmùnni (les taureaux de la vallée). L’on disait il n’y a pas si longtemps : « do hìnta hert des Chrìschtatùm ùff, as geht nùmma bis uff die Emm » (là derrière s’arrête le christianisme, il ne va que jusqu’à l’Emm).

Soultzbach-les-Bains

Schlàngabisser (mordeurs de serpents), Krottakràcher (croqueurs de crapauds), Sürwàsserkraepf (les goîtres d’eau minérale), Surwàsseresel (les ânes d’eau minérale), ‘s Nàrrebàd (le bain des fous) « Zù Sùlzbach dàss Gott erbàrm, sìwa Sùppa ùn kenni wàrm » (à Soultzbach que Dieu ait pitié, sept soupes et aucune chaude).

La tradition voulait que, pour décider du moment des vendanges, les gens de Soultzbach installaient leur maire sur un sac rempli de raisins et qu’ils le traînaient du haut du Rebberg jusqu’en bas, si l’arrière-train du maire était mouillé, c’était le signe que les vendanges pouvaient commencer.

Soultzeren

Di Psàlterer (ceux qui chantent les psaumes), d’Sisneyer (ceux de Sisney) parler d’Orbey. Di Üaler (les vers de terre), Les Hinguenats (les huguenots, dans le patois d’Orbey).

Stosswihr

Seckalaliirer (les tripoteurs de bourses), Mondsprìtzer (les aspergeurs de lune), Krottakràcher (les croqueurs de crapauds).

Wasserbourg

Ardaepfelwùrjer (les avaleurs de pommes de terre), Pflùttawùrjer (les avaleurs de beignets de pommes de terre), Schìndlaspàlter (les fendeurs de bardeaux), Trottschüfler (les pelleteurs de pressoir ou de formes de fromage ?).

D’Wàsserbùrjer Pompiers (les pompiers de Wasserbourg), c’est le surnom qui est donné aux corbeaux dans la vallée de Munster.

Wihr-au-Val

Zìjeragroepf (les goitres de fromage blanc), Fraescha (les grenouilles), Geisbollatriiwer (les producteurs de crottes de chèvre).

D’r Schùlz vo Wihr haet Lìnsa ùffem Fiir, schìtta Wàsser, schìtta Wàsser, d’r Schmùtz ìsch gàr tiir (Le prévôt de Wihr à des lentilles sur le feu, versez de l’eau, versez de l’eau, le saindoux est trop cher !)

Walbach

Sìwazehner (les 17) en souvenir de l’année de famine 1817, Blìndaschlicher (les orvets) D’Hùngriga (les affamés), D’Stacklamàcher (les tailleurs d’échalas pour les vignes), Gaali Rüawa (les carottes).

Zimmerbach

Die Schnitzer (soit les moustaches, soit ceux qui aiment les tranches de fruits séchés), D’Nùssakràcher (les casseurs de noix), D’Gügücka (les coucous).

Die Zimmerbàcher Meidler sìn àlli hìbsch ùn fiin, drùm derft kä fremder Büa nach Zimmerbach hinein (les jeunes filles de Zimmerbach sont toutes belles et fines, c’est pour cela qu’aucun garçon étranger n’a le droit d’entrer dans Zimmerbach).

2/ Les communes de la vallée de Munster

Orientation bibliographique